Aller au contenu. | Aller à la navigation

Historique des villages
Vous êtes ici : Accueil Commune Ma commune Historique des villages Villers-la-Loue et Houdrigny

Villers-la-Loue et Houdrigny


Son nom Villare-Allodium dit assez ses origines romaines. Les fondations d'une villa agricole située sur un mamelon qui, au sud-ouest de Grihire, dégorge ses eaux sous la ferme de Grihire, confirmeraient les débris de poterie : tuiles et briques de facture romaine qui jonchent le sol.

Villers devait s'étayer au revers du coteau longé par la voie consulaire reliant Luce (Gérouville) au castel de Vertonum (Magerou-Virton), un diverticule devait joindre Montquintin à la voie impériale d'lvoix (Carignan) à Trêves passant par le plateau de Coue (Bellefontaine).

Sous les Francs, Villers a dû cesser - si ce n'était déjà fait auparavant - d'être une simple villa pour devenir un véritable hameau; en 1876, l'ouverture d'une carrière a mis à nu deux tombes franques, des fouilles exécutées au nom du Musée Royal d'Antiquités et d'Armures de Bruxelles ont mis à jour un cimetière franc avec ses tombes dallées, ses ossements, ses dents mousses, ses scramasaxes, ses pointes de framée, ses dards de javeline, ses poignées de bouclier et ses boucles de ceinture finement filigranées d'or et d'argent. Le musée national s'est enrichi de ces trouvailles.

On trouve en 1225, le nom de Villers dans un acte où interviennent l'abbé de St Hubert et le seigneur de Cons. Le seigneur d'Houdrigny devait résider au château de Beauregard.

Dans le dénombrement de 1656 (à l'article de Meix), on lit : Jean Connerot fondeur au fourneau de Berchu. Berchiwé vient sans doute de Berchu, ruisseau guéable de peu de profondeur. Très connu pour ses forges, Berchiwé aurait eu au 17è siècle une fonderie de canons très réputée.
Le 11 février 1752, entre 7 h et 8 h du matin, il y eut un tremblement de terre.

A Houdrigny, au milieu du village, se trouvait une potence (pilori) de 5 à 6 pieds de haut, avec une chaîne et un collier de fer; on y attachait les maraudeurs de jardins et les pillards de campagne.

Avant la Révolution Française (1789), Houdrigny et Villers formaient deux mairies séparées et dépendaient du curé de Thonne la Long, évêché de Trêves; du 15 octobre 1808 au 20 septembre 1823, notre village fit partie du diocèse deMetz avant d'être rattaché au diocèse de Namur.

Villers, Houdrigny, Robelmont et Sommethonne ont constitué une seule commune comptant 1.387 âmes en 1841, soit 200 de plus que cent ans plus tard. Sommethonne était la plus peuplée, puis Robelmont, Houdrigny et Villers-la-Loue.


(Abbé N.J. LENOIR)
 

Actions sur le document