Information

ATTENTION! La permanence du jeudi n'est accessible que sur rendez-vous. Merci de prendre vos dispositions.

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Découvrir la commune / Culture & traditions / Patois gaumais / Textes en gaumais / Dialecte de Meix-devant-Virton
Actions sur le document

Dialecte de Meix-devant-Virton

Rituel d’in matin d’hivér

Écoutez également le texte récité par l'auteur ici !

Coumme tous les djous, la sounnerie dè m’ vî réveil mécanique me fât tressauter das m’lit. C’est pou m’dère qu’il est d’jà 7 heûres. Dj’â bin don maû d’ouvri les œils. Peûs on est si bin au tchaud pa d’zous l’duvet en pleumes d’oyes. Surtout qu’on est en djanvièr èt qu’i-l è bin dgealé la neutie.

El dgîve è r’catchi les carreaûx d’ la f’néte de ma tchambe en y dessinant des belles foutchères toutes blantches.

Gn’ è m’ à dère… on est bin en hivér «Faût s’lever, là-haut, i-l est tâps !». C’est m’man qui sounne el rappel don réveil.

Eç’ côp-ci, djè n’â pus l’tchoix, faût qu’djè m’ leviche sinon, djè va la mette de mauvaise humeûr èt elle va bacâyi toute la djournâye.

Avant d’dévaler, dje m’va vite à la f’néte quand méme. Djè chouffèle in côp su l’carreaû pou fâre fonde el dgîve su quèques cm2. Djusse assez pou voir el taps qu’i fât duhôrs. V’là djustemat la sorcière qui passe das la rualle, duvant note mâjon. C’è vrâ qu’i-l è bin neidgi. Tafât est bin blanc.

Aneu dj’allans pouvoir fâre don traineau aveu les copains après l’icole. Coumme i n’fât m’ des pus tchaud das ma tchambre, djè dévale l’escalièr 4 à 4 pou aller tout d’ cheute m’rétchauffi à la cueujine peûs m’viti au coin don fû. La tchaleur me fât dont bin. C’est què l’fû è djà alleumé d’peûs 6 heûres. Em’ pa l’è fât avant d’se rade à l’étaûle pou aller sougni et trâre les bétes. Il y est co à c’t’ heûre et n’è m’ co fât s’n’ouvradge.

D’ja profite pou rabrassi m’ man qui, occupée à chuer ses més das s’couchu, m’è d’jâ mins su la taûle  in grand bol de tchôcolât bin tchaud peûs 4 tranches de pé beurré aveu des crottes de souris (crottes de tchôcolât) d’das. Elle sait bin qu’dj’aime bîn l’tchôcolât èt elle aime bin de m’fâre plaji.

Après m’ête viti èt avoir mins mes soleys, djè m’ mette à taûle aveu m’man èt on cause in pau assène. Peûs bin vite, elle mè fât ses r’coummandations pou bin coummaci la djournâye.

«Èt’ satche d’icole est prête ? T’ès bin mins d’das èt’ cahier d’dèvoirs ? Tè n’ès rin roubli ? Pa c’tâps-là, tè n’oublierès m’ dè mette èt’ n’étchârpe èt ta cagoule?, etc, etc. »

In côp qu’tout est dit, d’jenfile èm’ paletot. 

Coumme m’man è fât des wâfes echoi, djè rwâte en vitesse si elle m’a-n è bin mins 2 das m’satche pou médgi à la récré d’10 heûres. Elles sant bin toulà. Elle est vraimat dgentille, m’man èt elle n’oublie djamâs rin.

El vate bin rapli, djè m’apprête à d’ouvrî l’huche peûs…

«Marcel, vina touci, t’ès co roubli ton ôle dè foie d’morue!»

Quand dj’atchève de v’dère qu’elle ne roublît djamâs rin, m’man...

Pourtant, djè m’a-n arous bin passé, dè c’t’ôle-là, mâs... pus’ qu’i faût... i faût.

Djè froume les œils peûs djè laque d’in trait el cont’nu d’la quillie qu’ la mère me tade. Peûs djè fâs eune pètite grimace pou clôre el rituel. Voilà, c’est fât. A c’ t’heûre, djè peux aller à l’icole pajelmât. Djè seûs sûr què djè n’attraprâ djamâs l’rhume ni la grippe aveu in cocktail inlà das l’vate. El pire, c’est què djè va co avoir des r’lents d’ôle toute la djournâye. Ça n’métounne mi qu’el virus dè la grippe n’ veut m’ s’attaquer à ça.

Au moumat d’sorti d’la mâjon, djè croise èm’ pa qu’è fât s’nouvradge èt qui r’vint médgi sa trapâye. I-l è l’nez tout roudge et n’è m’ l’air d’avoir tchaud. Ben... i n’avout qu’à écoûter la mère, coumme mî. Il arout dû mette eune cagoûle aûssi. Dj’a profîte pou l’abrassi è li dère bondjou. Peûs in p’tit bisou aûssi à m’man, ça lî fât téll’mat plâji èt elle aime bin ça.

Bounne djournâye à tourtous.

A c’t’heûre, en route pou l’icole.

Par Daniel HUBERT.