Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document

Houdrigny

Vandandje

   

Vendange

D’au cièl, èl Sint Vinçant r’wâte el raisin meûri,

 

 

Du ciel, (le) Saint Vincent regarde le raisin murir,

L’tra qu’au bâl don dîmatche, la jeûnesse va dansi !

 

 

Le temps qu’au bal du dimanche, la jeunesse va danser !

Su l’aîr don « P’tit Vin Blanc », mi foût lon d’la tchapèle

 

 

Sur l’air du « Petit vin blanc », pas trop loin de la chapelle

La vigne ès lâye bîchi pau vat d’Vloûnes qui tchipèle !

 

 

La vigne se laisse bercer par le vent de Vélosnes qui murmure !

Lès cigâles, lès r’ligiyeuses èt lès rares papiyons

 

 

Les cigales, les mantes religieuses et les rares papillons

Sant, bin sûr, « das lès vignes »,coume les marins d’Toulon !

 

 

Sont, bien sûr, « dans les vignes », comme les marins de Tou-lon !

A bouvant zoû tchiquet, vîs èt vièys don viladje

 

 

En buvant leur verre d’alcool, vieux et vieilles du village

S’ souv’nant, èt a froumant lès-euys, ant l’ coêur bin-âje !

 

 

Se souvenant, et en fermant les yeux, ont le coeur bien aise !

La tîte toûne à Mirèye, au paiyis dès cigâles,

 

 

La tête tourne à Mireille, au pays des cigales,

Où not’ si bî patwas fât sondji à Mistrâl ...

 

 

Où notre si beau patois fait songer à Mistral ...

Quand’ lès féyese, lès gachons ant l’ pani su la hantche,

 

 

Quand les filles, les garçons ont le panier sur la hanche,

Gn-è d’la djwa à Toûrgny, aus djous dès grandes vandandjes.

 

 

Il y a de la joie à Torgny, aux jours des grandes vendanges.

Patois d’Houdrigny

 

 

Hélène Hance-Burquel


 

L’Albert et l’Èmile

Écoutez également le texte récité par l'auteur ici !

L’histoire què d’j’va v’raconter s’est passé atèr les deux guîrres. Soul’mat, dj’â tchîdgi les noms des personnadges. Donc,L’Albert et l’Èmile habitint l’mîme villadge, un p’tit villadge dè Gaume atèr les tchamps et les bos. Mieux mîme, i-s atint voisins et i travaillint pou l’ mîme patron.

L’Èmile n’avout pont d’afants. I radout vlati service à tous ses voisins et surtout à l’Albert qu’avout des vatches et qui atout chourd. A l’ujine, i s’atadint foût bin et s’arrandgint pou travailli assène. C’atout ène bounne èquipe, coumme on dit.

V’là qu’in djou, ène vatche dè l’Albert allout avoir in vî. Das ces cas-là, vaut mieux ète à deux ou à trois, des côps qu’i faurout tèrer l’vî pour faciliter l’véladge, qu’il alliche pus vite. On loyout les pattes don vî et on tèrout. C’ n’atout-m’ toudjous âji. Gn’avout pas des côps des accidents.

Èç’ djou-là, à midi, coumme i mîdgint zou tartines assène, l’Albert dit à l’Èmile :

— Djâ èn’ vatche qui va avoir un vî ; djè crois bin qu’ c’est pour c’nûti-ci. Tè pourrous v’nu m’âdi ?

L’Èmile, qui savout qu’l’Albert atout chourd, è d’abourd rèpondu a fayant in grand signe dè la tîte pour montrer qu’il avout comprins et qu’il atout d’accoûrd. Cè n’atout-m’ èl premî côp.

— Gn’è pont d’problème. Cette nûti-ci, djè n’froum’ra-m’ les volets d’not tchambe à coûtchi. Tè n’arais qu’à lanci deux trois p’tites pierres das les cârreaux, dj’ourâ et dj’venra.

Il allout ète trois heures don matin quand l’Emil oût don bruit. I comprend qu’c’èst l’Albert qui lance des pierres das les cârreaux. I s’leuve, mette sa culotte et va douvrî la f’nîte èt dit :

— C’est la vatch’ qui fât l’vî ?

L’Albert, qu’ est chourd, rèponde :

— Non. C’est l’Albert !

Malgré l’quiproquo, tout s’est bin passé. C’atout in bî vî bin vicant. Quand c’è atu fât, les deux hoummes avant bu la goutte et l’Èmile è atu s’rècoutchi.

Georges Jacquemin, patois d'Houdrigny